Qu’est-ce qu’un bon crédit immobilier ?

Qu’est-ce qu’un bon crédit immobilier ?

Démarrer un projet de construction ou acheter un bien n’est pas donné à tous. Il faut disposer des fonds nécessaires. Le crédit immobilier se présente alors comme une solution adéquate pour réunir assez d’argent. Il consiste à contracter un emprunt auprès de la banque moyennant un paiement d’intérêts. La somme demandée peut couvrir le projet en totalité ou en partie selon la part de capital que le propriétaire a déjà à sa disposition. Cependant, la plupart des institutions de crédit exigent un apport personnel de 10 à 30%. Mais, Qu’est ce qu’un bon credit immobilier ?

Le remboursement s’effectue mensuellement. Il s’échelonne généralement sur un délai à long terme, sauf s’il s’agit d’un crédit immobilier relais qui intervient entre l’achat d’un nouveau bien et de la revente d’un autre. C’est une modalité intéressante pour le propriétaire qui projette de déménager. Il faut savoir que le crédit immobilier s’accompagne d’une garantie de prêt sur le bien financé ainsi qu’une assurance décès invalidité de l’emprunteur sur les frais de dossiers.

Un bon crédit immobilier est alors celui dont le taux d’intérêt est le plus faible et dont les conditions d’octroi et de remboursement sont favorables à l’emprunteur. Là, il faudra savoir négocier avec votre banquier ou vous tourner vers un broker spécialisé en financement de projet immobilier.

En savoir plus sur les taux fixe et taux variable

Comment choisir entre les taux fixe et variable ? En savoir plus sur les taux fixe et taux variable. Pour vous décider, vous devrez vous mettre dans la peau d’un courtier ou tout simplement en contacter un. En effet, il faudra spéculer sur une éventuelle fluctuation du taux nominal. Si par exemple, une baisse est en vue, opter pour un taux variable est une idée ingénieuse. Cependant, 92,7% des Français préfèrent jouer la carte de la sécurité en choisissant le taux fixe. Il varie sensiblement autour des 3,4% depuis une dizaine d’années. Pour ce qui est du taux révisable, la moyenne se situe à environ 3,10%.

En fait, l’option taux variable est plutôt risquée et repose, comme nous le disions tout à l’heure, sur des spéculations. Pourquoi cela ? Et bien, si le taux d’intérêt est faible au départ, l’emprunteur fera des économies, mais si le taux augmente subitement, ce gain partira en fumée. Il se peut qu’il ait même à faire à un surcoût.

Le taux fixe est établi à la date de l’emprunt. La somme à rembourser est, ainsi, facile à calculer puisqu’elle dépend de paramètres fixes lesquels sont le capital, le taux et la durée. Peu importent alors les fluctuations des taux du marché, ce montant restera le même.

Le taux révisable, lui, est défini à la date de l’emprunt pour une certaine durée (quelques mois). Il varie, ensuite, en fonction de l’évolution du marché. Le capital à rembourser devient alors difficile à déterminer. En effet, il dépend des indices financiers qui sont très sensibles. Cependant, certaines banques accordent un plafond de hausse, afin de ne pas ruiner le client en cas de crise.

Capacité d’emprunt et mensualité du crédit

La capacité d’emprunt, c’est la somme que le banquier peut accorder à son client pour financer son projet immobilier. Il ne dépend pas de l’apport personnel du particulier, mais de son taux d’endettement et le reste à vivre de son ménage (somme permettant de couvrir ses dépenses essentielles). La durée et le taux d’intérêt font également partie des paramètres à considérer lors de la détermination de la capacité d’endettement.

Les mensualités du crédit sont proportionnelles au taux, plus ce dernier sera élevé, plus chères seront les annuités mensuelles. De ce fait, le taux d’endettement va croître et le reste à vivre va diminuer. Résultat, la capacité d’emprunt va diminuer. Aussi, étendre la durée du prêt entraine logiquement une baisse des mensualités et agrandit le reste à vivre du client (donc une hausse de la capacité d’emprunt). Cependant, le coût total du crédit va s’amplifier

Articles de la même catégorie :